Renforcement des compétences des actifs et transformation de la formation professionnelle

L’émergence des nouvelles activités liées à la transition écologique, l’économie circulaire et le digital doit s’accompagner d’une politique de montée en compétence des actifs par la formation professionnelle continue.
Le plan de relance permet :
-  d’augmenter quantitativement l’effort de formation et de reconversion des actifs : accompagnement des entreprises et des salariés par les dispositifs Pro A, transitions collectives, projet de transition professionnelle (CPF de transition professionnelle) et FNE-Formation ;
-  de transformer l’appareil de formation professionnelle afin qu’il puisse s’ajuster plus rapidement aux conditions d’exercice des métiers et à l’évolution des besoins en compétence, et faire de la France un leader de la digitalisation de la formation et de l’innovation pédagogique.

Les dispositifs pour se reconvertir, évoluer

  • Renforcement de la reconversion ou promotion par alternance, Pro-A : renforcement ciblé des crédits donnés aux branches professionnelles pour financer des formations qualifiantes par alternance visant à l’adaptation et aux reconversions.
  • Renforcement des fonds alloués aux projets de transition professionnelle afin de promouvoir l’accès à la reconversion professionnelle des salariés vers les secteurs stratégiques du Plan de relance. Les projets de transition professionnelle permettent le financement de formations certifiantes pour des salariés souhaitant changer de métier ou de profession.
  • Création de "Transition collectives" : un nouveau parcours de reconversion pour changer de métier qui ’adresse à des salariés dont les emplois sont menacés et qui se positionnent sur une formation vers un métier porteur localement.

Mobilisation d’une enveloppe de 25 millions d’euros pour abonder les comptes formation des personnes qui choisiraient de s’orienter vers des métiers jugés stratégiques dans le cadre du plan.

Ce système d’abondement intégré à « Mon compte formation » viendra s’ajouter à ceux déjà déployés pour Pôle emploi et pour les entreprises. D’autres financeurs, tels que les branches professionnelles et les Régions seront aussi concernés d’ici à la fin de l’année, ce qui leur permettra d’abonder les comptes formation en fonction de leurs priorités.

En quoi consiste l’abondement du compte personnel de formation (CPF) ?

Chaque actif (salariés – y compris les apprentis ; membres d’une profession libérale ou d’une profession non salariée ; conjoints collaborateurs ; demandeurs d’emploi, etc ;) dispose d’un compte personnel de formation qui recense des droits acquis (en euros) et qui permet de se former tout au long de sa vie professionnelle. Il est accessible sur Mon compte formation, qui permet de choisir directement une formation auprès des organismes certifiés, de s’ y inscrire et de la financer à hauteur des droits acquis.
Lorsque le coût de la formation visée est supérieur au montant des droits inscrits sur le CPF ou à son plafond, le compte peut faire l’objet, à la demande de son titulaire, d’abondements en droits complémentaires pour assurer le financement de cette formation.
Pour en savoir + sur le CPF : pour qui ? montants acquis ? que se passe-t-il en cas de changement de situation professionnelle ? etc.)

Renforcement du dispositif FNE-Formation

Pour répondre aux besoins des entreprises en activité partielle par la prise en charge des coûts pédagogiques. Il est accessible à toutes les entreprises qui ont des salariés en activité partielle.
Le FNE-Formation sera abondé à hauteur d’1 Md€ sur 2020- 2021 pour financer des formations qui doivent permettre aux salariés de favoriser leur employabilité, dans un contexte de mutations économiques. C’est le cas par exemple de formations sur les nouvelles technologies hybrides dans l’automobile, de certifications en cybersécurité.
Les formations obligatoires à la charge de l’employeur sont exclues.
En savoir + sur le FNE-Formation.

Transformation et digitalisation de l’offre de formation

Le plan vise à faire de la France un leader de l’innovation pédagogique avec un investissement du PIC qui répond à un impératif de justice sociale (égalité d’accès à la formation pour les actifs), d’innovation pédagogique, d’aménagement du territoire (recours à des tiers-lieux pour rapprocher la formation des populations) et de performance économique (optimisation des plateaux techniques et augmentation du nombre de bénéficiaires pour des coûts équivalents).